L’avenue du Parc Saint James qui longe la Folie Saint James, espace public dont la rénovation est prévue pour 2015, témoigne d’une architecture remarquable :

DDE-1


DDE-2


DDE-3

Mr Lebel propriétaire charge les architectes Molinié (Emile) , Nicod (Charles) et Ponthier (Albert) de dresser les plans d'un lotissement à vendre par lot ;

ouverture d'une voie privée (avenue du parc Saint-James) et constructions, entre 1923 et 1925 pour la plupart, selon un cahier des charges rigoureux ;

les architectes sont imposés aux acheteurs de même que la valeur minimale des constructions, leur hauteur, les clôtures ;

ni commerce ni industrie ne sont autorisés ;

aux extrémités du lotissement, quelques constructions sont dues à d'autres architectes,

dans l'avenue du parc Saint-James, au 22 construction de Marcel Ducroux en 1925, au 22bis construction d'Henri Delormel en 1927, au 24 construction de Raymond Fischer en 1936, au 3 construction d'Anthéaume en 1928 ;

dans la rue du bois de Boulogne, au 24bis construction de Jacques Hermant en 1923 ;

des modifications ont été faites et se portent essentiellement au niveau de la toiture pour la création d'un étage de comble ;

il ne reste qu'une maison à sgraffite : le sgraffite est un art visuel destiné à la décoration architecturale, par exemple :


Sgraphitte